Entendez-vous le chant des oiseaux ?

watercolour-1578077_960_720Moi je les entends !

Définissons d’abord ces fameux « chants ».

Chaque espèce a son répertoire de cris et de chants qui lui est propre. C’est donc un moyen d’identification fiable, généralement plus facile à déceler que l’oiseau lui même (« on m’entend mais on ne me voit pas… »). Sans compter que si vous apercevez la volaille perchée sur un arbre, pas sûr que vous arriverez à analyser la couleur de ses plumes si la bête est trop éloignée. Méfiance toutefois, certaines espèces en imitent d’autres comme les étourneaux ou la Rousserolle verderolle. Plus loin de chez nous, l’oiseau lyre (Menura) excelle dans ce domaine, ne s’arrêtant pas au mimétisme d’autres espèces : https://www.youtube.com/watch?v=VjE0Kdfos4Y.

Les oiseaux n’ont pas de larynx comme l’homme mais disposent d’un syrinx, rendant leur « voix » si particulière. Avec cet organe, ils construisent des sons très complexes, débitant simultanément plusieurs notes. Autant vous dire que leurs vocalises sont impossibles à retranscrire sur une partition !grives tweets
D’ailleurs, si les ouvrages d’ornithologie peuvent rendre fidèlement la taille, la couleur, les particularités physiques d’un oiseau, du côté de la reproduction des chants sur papier c’est autre chose. Non vraiment, vous avez essayer de « lire » les pépiements dans un tel guide ? Exemple avec la Mésange charbonnière dans Le guide ornitho Delachaux : « Un pinc-pinc de pinson, un ti tuui bavard, et un si yutti yutti joyeux. Querelle avec des rudes séries de chè-chè-chè-chè-chè ». C’est assez original mais subjectif.
Rien ne vaut les sorties de terrain, et à la limite l’écoute d’un CD avec des chants enregistrés (par vous-même c’est encore mieux).

Maintenant que l’on connaît l’instrument, pourquoi les oiseaux poussent-ils la chansonnette ?

Il faut d’abord distinguer le cri du chant dans leur répertoire. Les cris sont produits par l’ensemble d’une espèce (mâle, jeune, femelle) avec des multiples significations : demander de la nourriture, un cri d’alarme, se signaler, une volonté de ralliement… Alors que les chants mélodieux, si plaisants à nos oreilles, sont en général émis par les mâles, dans le but d’attirer une femelle et de se signaler auprès de concurrents. Le chant existe chez la plupart des espèces, mais les plus grands chanteurs sont généralement les passereaux.
« Les bois seraient un endroit particulièrement silencieux si ne chantaient que les oiseaux les plus doués » (Bertrand Metzer).

oiseaux-chanteurs-27517

Nous entendons ces messieurs les oiseaux surtout à la saison des amours, au printemps. Si certains chantent toute l’année, ils sont en minorités. Comme le Rougegorge, l’Étourneau sansonnet tout l’hiver (surtout le soir), le Serin cini autour de Noël, ou encore la Grive musicienne dès Janvier quand il fait beau.

Profitons des mois de février et mars pour apprendre à identifier les chants de ces animaux emplumés. Au printemps, avec le retour des migrateurs et la saison de reproduction, le nombre d’oiseaux au km² augmentera. Il sera alors difficile d’isoler un chant et le différencier des autres, les piafs ne se préoccupant pas de l’harmonie musicale. C’est le monde sauvage, pas un un orchestre symphonique !

Afin de reconnaître les chants d’oiseaux, allez les écouter dans la nature, au petit matin lorsque c’est calme et que les sons portent plus loin, si possible avec un ornithologue qui vous aidera. Les disques avec des « gazouillis » enregistrés sont pratiques pour réviser, mais sortis de leur contexte ils nous informent trop peu sur le milieu et l’époque où entendre l’espèce en question.

 

Avant toute chose, identification ou non, gardons le plaisir d’écouter ces chants, car « dans la hiérarchie artistique, les oiseaux sont les plus grands musiciens qui existent sur notre planète » (Olivier Messiaen).

 

 Article réalisé par Mathias ROTH

 

chant du cygne

Le chant du cygne, « la plus belle et dernière chose réalisée avant de mourir »

Les commentaires sont fermés.