Des algues comestibles, et même plus !

Salicornia_europaeaOn les oublie trop souvent, les algues de mer, pourtant certaines sont des plantes comestibles, au même titre que les terrestres.
Si les algues sont assez méconnues en Europe, elles sont beaucoup plus consommées en Asie, comme en Chine et au Japon. Nous en retrouvons autour des makis, Porphyra umbilicalis, appelé nori au Japon (signifiant tout simplement « algue ») ; dans les soupes comme le konbu, Saccharina japonica ; et en salade avec Undaria pinnatifida, plus connue sous le nom de wakame.

Mais il n’y a pas que les algues vertes qui sont utilisées en cuisine. Les algues laminaires, brunes et fucales se cachent sous les codes E407, E401/2/3/4. Elles sont au centre de la cuisine moléculaire. La plupart servent de gélifiant, de stabilisant ou d’émulsifiant. Parmi les algues rouges, le pioka (du genre Chondrus) remplace dans les assiettes la gélatine d’origine animale.

spiruline au microscope

spiruline au microscope

On distingue les macro-algues des micro-algues, invisibles à l’œil nu. La spiruline (une micro-algue bleue du genre Arthrospira plutôt que Spirulina malgré son nom français), très riche en protéine, est utilisée comme complément alimentaire. Elle aurait de multiples propriétés, notamment pour aider à la muscu’ !

Les micro-algues dans nos océans aident à fixer le CO2 : le phytoplancton marin oxygène notre planète, encore plus que les forêts.
On développe actuellement un algocarburant, une alternative aux énergies fossiles.

Les algues sortent des océans pour se retrouver dans nos assiettes, et peuvent être utilisées à d’autres fins : énergie, cosmétique, recherche, industrie médicale…

 

Article réalisé par Mathias ROTH

wakame

wakame

Chondrus_crispus, algue rouge

Chondrus crispus

Les commentaires sont fermés.