L’herbier d’Anna Atkins

anna_atkins_-_pteris_aquilina_-_google_art_projectAnna Atkins (1799-1871), fille d’un naturaliste, serait la première femme photographe avec un cliché daté de 1841. Une technique enseignée par un ami de son père, William Henry Fox Talbot (à moins que la première photographe ne soit la femme de ce dernier, Constance Talbot, mais il n’y a aucune preuve aujourd’hui).

Si elle est photographe, c’est avant tout une éminente botaniste, rejoignant la Société de botanique de Londres en 1839. Pourtant, ce n’est pas évident d’être femme et scientifique à cette époque. Pour réaliser un herbier d’algues marines, elle décide d’utiliser le cyanotype, une technique empruntée à un autre photographe (et astronome !) : John Herschel. Pour se faire, il suffit d’appliquer sur du papier un mélange de ferricyanure de potassium et de citrate d’ammonium ferrique (ah oui, John Herschel était aussi chimiste). Une fois sec, il devient photosensible. En posant sur ce papier une plante récoltée, les rayons ultraviolets lui donnent cette couleur bleue. Le résultat est un photogramme.

Ainsi l’image blanche, comme Pteridium aquilinum ci-dessus, est l’ombre de l’objet apposé. Par cette technique, son herbier a traversé le temps et nous pouvons profiter aujourd’hui de ces précises et superbes planches réalisées par Anna Atkins. Elle réalise ainsi British Algae: Cyanotype Impressions, le premier livre publié étant illustré par des photographies (1843). Dans son œuvre, la photographie implique un enjeu scientifique tout en proposant une qualité esthétique, pour notre plus grand plaisir. Anna Atkins était une grande femme, ses travaux ont beaucoup apporté au monde de la botanique, de la photographie, de l’édition et à la légitimité de la femme dans le monde scientifique ; rien que ça.

 

            anna_atkins_cystoseira_granulata                        anna_atkins_grass_cyanotype                          anna_atkins_polysiphonia_violacea

Article réalisé par Mathias Roth

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.