Renouée du Japon, belle mais envahissante

Renouées du Japon sur les berges d'une rivièreOriginaire d’Asie orientale où elle est cultivée pour ses propriétés médicinales, la Renouée du Japon (Reynoutria japonica Houtt.) est introduite en Europe au XIXème siècle. Elle remporte en 1847 aux Pays-Bas un concours d’horticulture pour ses qualités esthétiques et le doux parfum de ses inflorescences. Depuis, si elle est toujours aussi belle, la Renouée du Japon est bien moins désirable. Elle accède même au top 100 des espèces invasives sur la liste de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Son succès comme plante ornementale a sans doute contribué à sa propagation.

La Renouée du Japon se repend très rapidement, grâce à son rhizome qui assure une grande multiplication végétative. Il n’y a qu’au Japon qu’elle se multiplie par reproduction sexuée. Des recherches menées en Grande-Bretagne sur 150 renouées d’Europe, des Iles Britanniques et des Etats Unis démontrent que tous les échantillons étudiés proviennent d’une seule et même plante. Ainsi, par la multiplication végétative, elle pourrait constituer le plus grand clone végétal du monde !

Sa tendance à se développer rapidement n’est pas sa seule qualité d’espèce invasive. En effet la Renouée du Japon, très mauvaise joueuse, élimine ses concurrents végétaux directs en produisant des composés toxiques dans sa litière. Et avec son grand feuillage, elle crée des zones d’ombres qui ralentissent le développement des plantes alentours.

La plante elle-même grandit très rapidement (jusqu’à une dizaine de centimètres par jour au printemps, au bout de deux mois elle peut mesurer 4 mètres). Vous la verrez envahir tout type de paysage, au bord des rivières et des routes (sa croissance importante pouvant gêner la visibilité des automobilistes dans ce cas).

Le seul moyen de lutte efficace connu jusqu’ici est le défrichage pur et simple : on coupe, puis on recoupe les années suivantes, en espérant qu’elle ne s’est pas déjà multipliée dans les alentours.

Ne nous laissons pas séduire par le doux parfum et beau feuillage de la Renouée du Japon. C’est une espèce invasive difficilement contrôlable et pas très fair-play avec les plantes de la biodiversité environnante.
Signalez sa présence en saisissant vos données sur Inventaire Fac’.

 

Article réalisé par Mathias Roth

Les commentaires sont fermés.