Les plantes trichent

VrouwenschoentjeDans le précèdent numéro, le Comité des Angiospermes Producteurs de Nectar en Colère, a fait paraître une lettre ouverte dans notre respectable chronique accusant de nombreux taxons de fraude pollinisatrice caractérisée. L’affaire a depuis été portée auprès du Tribunal des litiges des Compagnons Naturalistes et la voix est maintenant à la défense des accusés.-

Vôtre honneur, si nos très estimés confrères bourdons et xylocopes sont qualifiés d’irrécupérables malfrats par les honorables membres du CAPNEC, nous voulons tout de même rappeler que ces derniers jouent des rôles cruciaux dans les écosystèmes de par leur fréquence de pollinisation élevée.

S’ils se comportent en ours mal léchés quelques petites fois, c’est parce qu’ils se font justice et qu’ils réparent les tords que certains angiospermes peu besogneux leur ont fait. Si ! Ne me regardez pas de la sorte avec cet air incrédule, ce que je dis est parfaitement vrai. Ce n’est pas parce qu’ils arborent de belles couleurs que les angiospermes sont dénués de mauvaises intentions, bien au contraire.

J’accuse ainsi les orchidées du genre Orchis et Ophrys de s’adonner à l’exploitation des petits pollinisateurs prolétaires !

– Tumulte dans la salle, le juge la fait calmer et indique à l’avocat de poursuivre-

Mais pour bien comprendre le préjudice que subissent les accusés, je vous prie d’imaginer la situation de départ.

Vous êtes un membre respecté de votre colonie et vous démarrez la journée. Votre travail est, comme tous les jours, crucial pour la pérennité de votre famille. Vous devez rapporter assez de nectar pour nourrir les larves et votre reine qui assureront la prochaine génération. Cependant pour voler vous avez besoin de votre inestimable carburant que vous récoltez à longueur de journée : le nectar. Vous vous dirigez donc vers la fleur qui indique par ses signaux olfactifs et visuels qu’elle en est littéralement gorgée. Une visite approfondie de cette bienfaitrice s’impose donc. Mais là Horreur ! Lorsque vous atteignez avec votre langue et plus ou moins de difficulté la cavité nectarifère, vous vous rendez compte qu’elle n’existe pas. Qu’il n’y a rien à part cette bonne odeur et ces signaux visuels hypnotisant. Vous vous êtes fait flouer ! Vous vous ré-envolez avec en plus le pollen de l’arnaqueuse en question qui vous alourdi et vous fait consommer plus. Et vous vous apercevez que toutes les fleurs qui vous entourent sont de la même espèce que la dernière. Mais les signaux olfactifs et visuels sont trop puissants alors vous cédez et allez butiner toutes lesdites fleurs avant de vous envoler lourdement, à la limite de la perte de conscience vers un environnement plus clément et moins ingrat.

Trouvez-vous cela normal, votre honneur ? Et cette pratique est répandue ! Je peux vous citer des noms et non des moindres ! Car il s’agit là de membres angiospermes éminemment respectés et protégés.

Orchis_purpurea-2On a tout d’abord Orchis purpurea, qui figure dans le comité d’administration du CAPNEC si j’en crois mes sources, qui attire les insectes par ses couleurs extrêmement hypnotiques.

Il y a aussi le Sabot de Vénus, présidente d’honneur du CAPNEC pour son extrême rareté, mais qui sous la cape s’donne aussi à la tromperie ! Elle piège le pollinisateur dans son sabot où il tourne pendant des heures et se couvre de pollen SANS AUCUNE contrepartie.

Et ces gens-là ont l’outrecuidance de déposer une plainte ?

Mais je n’ai pas encore parlé du plus grave et de ma dernière accusation de préjudice à la reproduction et à la pérennité de l’espèce. Certaines s’adonnent à la tromperie la plus extrême et vise les mâles de nos colonies, par le biais d’un racolage immonde.

L’Ophrys bombyx, citée dans plusieurs comités respectable pour la protection de la nature, attire nos mâles avec nos propres phéromones femelles ! C’est une violation de notre propriété intellectuelle, une contrefaçon caractérisée qui, en plus, est utilisée à des buts de tromperie à notre encontre ! Et ce n’est pas la seule, je peux aussi citer le genre Coryanthes qui agit de la même manière.

Après l’expression de ce constat accablant contre le comité plaignant, nous exigeons que sa plainte soit retirée et que la lumière soit faite sur le préjudice que nous, pauvres butineurs subissons depuis des temps immémoriaux.

-Le tumulte emplit la salle, le juge est obligé de la faire évacuer, la séance se clôt, mais le procès continue….-

Les commentaires sont fermés.