Les pollinisateurs tricheurs

Quand les pollinisateurs trichent

Toutes les fleurs ne synthétisent pas de nectar et toutes les abeilles n’ont pas la même taille de langue.

blaue-holzbiene-xylocopa-violacea-nr2-a41d7bff-ecac-4b79-8cb1-081d9b76afcc

Mais, allez-vous me dire, que vient faire cette histoire de longueur de langue ? Ce n’est pas la taille qui compte, l’important c’est de polliniser ! (Baron de Coubertin à propos des abeilles lors des JO de 1884 (ceci est une référence foireuse)) Hé bien apparemment cet adage ne compte pas pour certains insectes malotrus qui préfèrent utiliser la triche plutôt que de polliniser à la loyale.

Tout le monde sait que l’équilibre entre les fleurs et les butineurs repose sur le fait que ces derniers sont le vecteur du pollen de la fleur qui leur garanti l’accès à son nectar doux et sucré. Mais cet équilibre est rompu par des insectes sans foi ni loi. Si la plupart des abeilles sont dotées d’une grande langue, de nombreux bourdons et abeilles sauvages aux ouvrières peu consciencieuses ont développé une technique déloyale :

abeille

Chez la majorité des fleurs, le nectar est situé dans un éperon comme sur le schéma ci-contre. Pour y accéder légalement, il faut soit une longue trompe, soit une longue langue, ou encore quand on a ni l’un ni l’autre s’engouffrer dans la fleur pour atteindre de merveilleux nectar. Dans tous les cas, le pollinisateur repart du bistrot avec de précieux grains de pollen collés à sa trompe, sa tête ou son abdomen. Sauf que le dernier cas est jugé long et barbant par une certaine communauté de malfrats qui ont préféré passer outre et découper la paroi florale à l’endroit de la poche de nectar pour s’en repaitre.

Non content de flouer la fleur partenaire en refusant de convoyer son pollen, ce hold-up a aussi pour résultat de faire goûter le nectar qui une fois dérobé ne peut plus se ré-accumuler dans la poche à nectar car celle-ci est trouée, lésant ainsi tous les pollinisateurs étant arrivés après le maraud en question.

C’est tout bonnement incroyable, nous nous voyons donc dans l’obligation d’emmètre un avis de recherche sur les taxons suivants : Xylocopa, Apis, et Bombus. Pour différencier les honnêtes citoyens des affreux gangsters, mesurez la longueur de leur langue. Au-dessus de 7 mm vous avez vraisemblablement affaire à un citoyen vertueux, mais en dessous il y a de fortes chance pour que vous soyez en présence d’un malfrat de la pire espèce, photographiez-le en priorité !

Ceci était un message du CAPNEC (Comité des Angiospermes Producteurs de Nectar en Colère)

Les commentaires sont fermés.