Belle Orchidée, Orchidée Sauvage

Ophrys apifera

Ophrys apifera

Symbole de passion, fleur que l’on offre à l’être aimé, plante de fantasme jusqu’à l’origine de son nom (orkhidion en grec signifie testicule, apparemment par rapport aux deux tubercules racinaires de certaines espèces à l’aspect tendancieux).

Les naturalistes ou curieux sont nombreux à se passionner (chastement) pour l’Orchidée en France et ailleurs. Autant vous dire qu’ils sont plus nombreux que les fans de pissenlits (redoutables fleurs jaunes…), mais pour quelles raisons ?

L’Orchidée rencontre un franc succès en horticulture, la rendant si connue du grand public. C’est l’une des plantes (vivante !) la plus vendue en France, et au vue de la diversité de formes et couleurs d’une espèce à l’autre, chacun peut trouver fleur à son pot.
Les Orchidées ont une forme très particulière : 3 pétales et 3 sépales. Elles sont passées dans l’art d’affrioler les pollinisateurs (un peu trop puisque ça attire aussi les humains), indispensables à leur reproduction. Certaines Orchidées dépendent totalement de leurs insectes, si leurs compagnons ailés disparaissent, elles disparaissent aussi.

Hammarbya paludosa

Sa célébrité va au-delà des boutiques et jardins. La majorité des Orchidacées sont en région tropicale, pourtant on en croise en France à l’état sauvage, car les fleurs poussent aussi dans la nature (si si !). C’est dans le Sud que l’on trouve le plus d’Orchidées sauvages, profitant d’une géologie et d’un climat plus favorable. Serapias neglecta ne pousse que dans le Var, les Alpes-Maritimes et la Corse, et Gennaria diphylla uniquement en Corse. Alors que l’on peut observer Ophrys apifera un peu partout sur le territoire.
La plupart préfère les zones sèches, dégagées et calcaires. Mais Hammarbya paludosa (Malaxis de marais) ou Dactylorhiza incarnata poussent dans les tourbières, d’autres dans les montagnes comme Listera cordata ou Neottia cordata. Cephalanthera rubra se rencontre dans les sous-bois, ce qui est plus rare dans la famille Orchidaceae.

En effet beaucoup partagent une passion commune pour les vues dégagées, ou du moins ces Orchidées se rencontrent généralement en milieu défraîchi, dans le bois clairs et les prairies. L’ennui est que le paysage français est dominé par les forêts, les champs et les villes. Ainsi on peut repérer ces belles fleurs sur les bords de routes où elles y voient plus clair ! Mais gare au fauchage systématique pouvant les décapiter avant leur floraison (continuons à militer pour des fauches tardives et réfléchies pour sauver la descendance de certaines plantes).

Entre la pollution, l’urbanisation, la disparition de leur habitat ou le ramassage (« Oh la jolie fleur ! Je vais la cueillir et la laisser mourir dans un vase, ou tenter de la réenterrer pour rien »), les Orchidées n’ont pas la vie facile, victimes de leur succès et de leur fragilité. Sur les environ 160 espèces de France (sur presque 30 000 dans le monde), une soixantaine est menacée de disparition ou proche de l’être.

Admirer, étudiez, protégez les Orchidées de votre campus et envoyez vos observations sur inventairefac.com.
Attention où vous mettez les pieds !

Article réalisé par Mathias Roth

Dactylorhiza incarnata

 

 

Les commentaires sont fermés